Strasbourg, le 8 juillet 2009                                                                                   T-PVS (2009) 4

[tpvs04f_2009]

CONVENTION RELATIVE A LA CONSERVATION DE LA VIE SAUVAGE

ET DU MILIEU NATUREL DE L’EUROPE

Groupe d’experts

sur la biodiversité et le changement climatique

Strasbourg, 2-3 juillet 2009

---ooOoo---

RAPPORT

Document établi par

la Direction de la culture et du patrimoine culturel et naturel


Le Comité permanent est invité à :

1.        prendre note du rapport de la réunion ;

2.        examiner et, le cas échéant, à adopter le projet suivant de recommandation proposé par le Groupe :

Ø  projet de recommandation sur les orientations futures pour les parties sur la biodiversité et le changement climatique (à finaliser à l’issue de la réunion) ;

3.         prendre note des propositions émises par le Groupe pour ses travaux futurs.


Table des matières

1.     Rapport de réunion................................................................................................................. 4

2.     Annexe 1 : liste des participants ............................................................................................ 14

3.     Annexe 2 : ordre du jour ....................................................................................................... 20


1.  Ouverture de la réunion par le président

        M. Snorri Baldursson, de l’Institut islandais d’histoire naturelle, souhaite la bienvenue aux participants à la quatrième réunion du Groupe d’experts sur la biodiversité et le changement climatique (dont la liste figure à l’annexe 1), et leur demande de se présenter brièvement.

2.   Adoption de l’ordre du jour

        Le Secrétariat explique qu’un projet d'ordre du jour actualisé est disponible, comprenant les noms de tous les intervenants et l’intégralité des sessions, au vu des quelques absences excusées et changements de dernière minute. L’ordre du jour est adopté avec ces changements, tel qu’il figure à l'annexe 2 du présent rapport.

3.   Introduction par le Secrétariat

        Le Secrétariat rappelle que le Groupe d'experts a comme mandat de donner aux Parties à la Convention de Berne des orientations facilitant la compréhension des impacts et des menaces du changement climatique et l'élaboration de mesures appropriées d'adaptation des politiques nationales relatives aux espèces et aux habitats protégés par la Convention de Berne. Le Secrétariat informe ensuite sur l'issue de la réunion de 2008 du Comité permanent, au cours de laquelle la Recommandation 135 (2008) a été révisée et adoptée, et décide de donner au Groupe d'expert un mandat à durée indéterminée, comme pour les autres groupes d'experts de la Convention de Berne.

        Le Secrétariat souligne l'importance de maintenir une coordination et un échange d'informations étroits avec d'autres conventions sur la biodiversité et organisations internationales qui se consacrent au sujet, notamment avec la CBD, la Commission européenne et d’autres organes du Conseil de l’Europe. Les efforts seront maintenus pour renforcer les liens avec les travaux d'autres groupes d'experts créés au titre de la Convention de Berne, notamment ceux sur les espèces exotiques envahissantes, sur les aires protégées et les réseaux écologiques, et sur la biodiversité des îles.

        Le Secrétariat résume comme suit les objectifs de la réunion : (i) poursuivre l'échange d'informations sur les grandes évolutions et initiatives liées au changement climatique et à la biodiversité aux niveaux international, régional et local, avec d'autres organes du Conseil de l'Europe et ONG ; (ii) étudier trois nouveaux projets de rapports sur les impacts du changement climatique concernant les espèces de plantes, les invertébrés et les aires protégés par la Convention de Berne ; (iii) étudier un projet de recommandation sur les orientations futures pour les Parties sur la biodiversité et le changement climatique, en vue de le soumettre à la réunion de novembre 2009 du Comité permanent ; et (iv) évoquer les prochaines étapes et travaux futurs du Groupe d'experts.

4.   Point sur les travaux réalisés dans d’autres cadres sur la biodiversité et le changement climatique

        En l'absence, pour raisons de santé, de Mme Jaime Webbe, représentante du programme Changement climatique au Secrétariat de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB), Mme Carolina LASEN DIAZ, du Secrétariat de la Convention de Berne, présente les récents travaux du Groupe ad hoc d'experts techniques de la CDB sur la biodiversité et le changement climatique, créé par la COP-9 pour fournir des informations sur la biodiversité relatives à la CCNUCC. Le Groupe ad hoc, qui s'est réuni en novembre 2008 à Londres et en avril 2009 Helsinki, s'est mis d'accord sur plusieurs « grands messages » présentés durant les réunions de négociation de la CCNUCC en juin 2009. Ces messages portent sur : (i) l'importance du rôle que jouent la biodiversité et les services écosystémiques en faveur des activités d'adaptation performantes qui ont des effets bénéfiques supplémentaires sur l'environnement et sur la société ; (ii) la nécessité de tenir compte des éventuelles conséquences positives et négatives des stratégies d’adaptation pour la biodiversité et les services écosystémiques ; (iii) la recommandation que toutes les activités d'adaptation devraient viser à maintenir ou à améliorer et à tirer avantage de la capacité naturelle d'adaptation des espèces et des écosystèmes, afin d'accroître l'efficacité en matière d'adaptation et de réduire les risques du changement climatique pour la biodiversité ; et (iv) l'importance d'expliquer la valeur de la biodiversité et des écosystèmes qui en dépendent dans les processus décisionnels, ainsi que de prendre des mesures d'incitation pour l'adaptation de la société aux changements climatiques. Le rapport, dont l’intégralité a fait l'objet d'une revue par les pairs, sera finalisé par un comité de rédaction fin juillet 2009 avant soumission à la COP-15 de la CCNUCC (décembre 2009) et au SBSTTA-14 de la CBD (mai 2010).

        Mme Melanie Virtue, agent de liaison interinstitutions au Secrétariat de la Convention des Nations unies sur les espèces migratoires (CEM), présente les liens entre la migration animale et les facteurs climatiques, et fait observer que même si de nombreuses espèces migratoires sont parvenues à s’adapter au changement climatique, la rapidité de ce changement est telle qu’une multitude de populations atteignent actuellement la limite de leur potentiel d'adaptation. Mme Virtue rend compte des travaux en cours de la CEM en la matière, notamment d'une évaluation des espèces qui sont ou seront les plus menacées par le changement climatique, commandée par la COP-9 de la CEM en décembre 2008 et qui sera publiée à temps pour le sommet de Copenhague sur le changement climatique, et de recommandations d'action future. De plus, Mme Virtue éclaire sur une base de données d'ouvrages scientifiques et de documents parallèles sur les interactions de la biodiversité et du changement climatique où l’on peut trouver les listes d'espèces de la CEM et des publications sur le changement climatique (www.bioclimate.org). Les travaux au titre de la CEM auront également pour objectif essentiel de la lutte contre cette menace pour l'incorporer dans les accords et plans d'action de la CEM, notamment adapter des mécanismes de suivi afin de relever les tendances climatiques, collecter des données pertinentes, établir des modèles, etc. La Résolution 9.07 (2008) dispose que les parties doivent réduire la menace du changement climatique et tenir compte des impacts des activités d'atténuation et d’adaptation. En outre, un atelier sur le changement climatique et sur les espèces migratoires est prévu pour 2010.

        Mme Marie-Christine Grillo-Compulsione, Secrétaire exécutive de l'accord ACCOBAMS, ajoute qu’il est nécessaire de tenir compte des effets du changement climatique sur les cétacés et sur l'environnement marin, qui sont liés à la raréfaction de la nourriture et aux difficultés pour les cétacés de s'adapter à des conditions qui évoluent rapidement. Elle souligne que les impacts se ressentent déjà et qu’il s’agit là d’une priorité pour ACCOBAMS. De plus, elle informe les participants sur l’atelier de février 2009 sur les baleines et le changement climatique, organisé par la Commission baleinière internationale, dont le projet de rapport est disponible à la réunion.

        M. Atef Ouerghi, du Centre d'activités régionales du PNUE pour les aires spécialement protégées (CAR/ASP), éclaire le Groupe d'experts sur les travaux entrepris au titre de la Convention de Barcelone et du Plan d'action méditerranéen, y compris sur la « Déclaration d’Almeria », qui demande instamment aux parties d'établir un rapport pour chaque réunion des parties à la Convention de Barcelone et à la CDB sur les impacts observés du changement climatique sur la biodiversité de la mer Méditerranée et de ses zones côtières. Cette demande a entraîné la préparation d’un panorama de la vulnérabilité et des impacts liés au changement climatique sur la biodiversité marine et côtière en Méditerranée, par 18 pays répartis en trois groupes selon leurs particularités communes de développement. Le panorama préliminaire a permis d’identifier les principaux habitats côtiers et marins menacés du bassin méditerranéen, qui pourraient être gravement touchés par l'exposition aux changements climatiques, à savoir : les zones humides, les herbes des fonds marins, les formations calcaires coralliennes et les zones planctoniques des eaux pélagiques. De plus, certaines espèces côtières et marines méditerranéennes ont été identifiées comme plus sensibles au changement climatique, puisqu’elles approchent leur seuil de tolérance climatique, correspondent à des niches écologiques très spécialisées et ont un taux limité de mouvement et de dispersion. M. Ouergui parle de « tropicalisation » de la Méditerranée, au vu de la migration d'espèces vers le nord et des impacts sur les poissons, les oiseaux, les tortues marines, les invertébrés et les espèces exotiques. Il décrit plus avant la vulnérabilité au réchauffement d’espèces et d’habitats productifs vitaux en Méditerranée.

        Mme Monica Zavagli, du Secrétariat de la Convention de Ramsar sur les zones humides, présente les principales caractéristiques de ce traité, qui est le seul à porter sur un unique écosystème. Elle souligne que l'Evaluation des écosystèmes pour le millénaire a révélé que la perte et la dégradation globale des zones humides se produit plus rapidement que pour tout autre écosystème, à l’heure où le changement climatique augmente les pressions qui pèsent sur les zones humides. Mme Zavagli fait état du statut de la population des espèces dépendantes de ces zones, y compris des espèces menacées à l’échelle mondiale, et des mesures prises pour contrer ce problème, principalement par les travaux du Groupe d’évaluation scientifique et technique de la Convention sur les zones humides et le changement climatique ; de la restauration, de l'atténuation et de la compensation des zones humides ; et des synergies avec d'autres Conventions et organisations. En novembre 2008, les parties à la Convention de Ramsar ont adopté la Résolution X.24 sur le changement climatique et les zones humides, qui place le changement climatique dans la perspective de la biodiversité, de la gestion de l'eau et des terres, et met l'accent sur la valeur de la restauration et de la bonne utilisation des zones humides. Cette résolution fait également référence : aux impacts du changement climatique sur les zones humides et à leur rôle dans le changement climatique, en évoquant les lacunes scientifiques et les travaux futurs du STRP, y compris le rôle des zones humides dans le cycle global du carbone ; à une évaluation de la vulnérabilité des zones humides et aux méthodologies qui permettent d’évaluer la vulnérabilité hydrologique des différents types de zones humides aux scénarios du changement climatique ; au changement climatique et à la restauration des zones humides.

        M. Barney Dickson, responsable du programme Changement climatique et Biodiversité au Centre mondial de surveillance de la conservation du PNUE, présente les activités de cet organisme qui se consacre principalement à fournir aux décisionnaires des informations sur les politiques en la matière et des analyses sur les aspects du changement climatique concernant la biodiversité, notamment sur les conséquences du changement climatique pour la biodiversité et les écosystèmes, sur le rôle de la biodiversité/des écosystèmes dans l'adaptation au changement climatique, et sur leur rôle dans l'atténuation de ce phénomène. Les travaux en cours du Centre comprennent : un projet sur les impacts du changement climatique sur les sites Natura 2000 ; des recherches pour l’AHTEG de la CDB sur la biodiversité et le changement climatique, notamment des analyses d'ouvrages scientifiques et recherches sur l'adaptation axée sur l'écosystème ; des projets sur l'atténuation, y compris pour traiter le rôle des aires protégées dans le stockage du carbone ; un atlas de démonstration sur le carbone et la biodiversité ; le programme REDD des Nations unies ; et le programme « Rapid Response Assessment: The Natural Fix? » du PNUE, qui porte sur le rôle des écosystèmes dans l'atténuation du changement climatique.

        Mme Karin Zaunberger, de la DG environnement de la Commission européenne, présente une mise à jour des activités de l’Union européenne sur la biodiversité et sur le changement climatique depuis la précédente réunion du Groupe d'experts, en septembre 2008. Mme Zaunberger informe que le Livre blanc « Adaptation au changement climatique : vers un cadre d'action européen » a été adopté par la Commission européenne le 1er avril 2009. Il comprend un chapitre intitulé « Renforcer la résilience de la biodiversité, des écosystèmes et des ressources en eau » qui souligne la nécessité d'étudier les possibilités « d'améliorer les politiques et d'élaborer des mesures pour lutter tant contre la perte de biodiversité que contre le changement climatique, dans le cadre d'une approche intégrée, afin de tirer parti des bénéfices dans ces deux domaines et d'éviter que les écosystèmes ne réagissent en accélérant le réchauffement planétaire ». Mme Zaunberger évoque l'objectif de la Commission d'élaborer des lignes directrices relatives à l'impact du changement climatique sur la gestion des sites Natura 2000, d'ici 2010. Elle rend compte des travaux du Groupe ad hoc d'experts de l'Union européenne sur la biodiversité et le changement climatique, qui s'est réuni trois fois depuis novembre 2008 et élabore actuellement un document stratégique sur la biodiversité et les écosystèmes, les services écosystémiques et le changement climatique, qui couvre l'utilisation des approches basées sur les écosystèmes en vue d'obtenir des bénéfices multiples, et sur la nécessité d'agir maintenant, de nouer le dialogue avec tous les secteurs, de communiquer et de collaborer avec d'autres entités, ainsi que d'améliorer la compréhension et d'assurer un financement approprié. Ce document stratégique contient des propositions d'actions concrètes, des recommandations de plus long terme et des informations sur les services écosystémiques, les déclarations politiques et la législation de l’Union européenne y afférentes, et les synergies entre l'atténuation et l'adaptation. Le document doit être finalisé à la prochaine réunion du Groupe ad hoc d'experts, prévue le 15 juillet 2009.

        M. Snorri Baldursson, également président du Groupe d'experts SEBI 2010 sur les « indicateurs de l'impact du changement climatique sur la biodiversité », fait un compte rendu des travaux de ce groupe, qui a conçu un indicateur de changement climatique notamment avec les données sur les oiseaux du Programme paneuropéen de surveillance des oiseaux communs (Pan European Common Bird Monitoring Scheme) et des travaux en cours visant à établir un indicateur pour les plantes alpines. Basé sur 120 populations d'oiseaux européens communs, ce premier indicateur mesure la divergence relative des tendances démographiques entre les espèces, que le changement climatique pourrait influencer de façon positive ou négative : 90 de ces populations décroîtront tandis que les 30 autres, croîtront. M. Snorri Baldursson informe en outre sur la nécessité d'attendre l'accord politique sur les cibles d’après 2010 et annonce qu'un séminaire EIONET des CNR se tiendra en septembre, dans le but de rassembler les réactions sur le projet SEBI.

        M. Nick King, directeur du Système mondial d’information sur la biodiversité (GBIF), explique l'origine et la structure de son organisme, qui a pour mission de faciliter un accès libre et ouvert aux données sur la diversité dans le monde entier, via Internet, en vue d’étayer la recherche scientifique, la conservation et le développement durable. Il présente le portail de données du GBIF, qui indique quelles données sont disponibles sur l'Europe et le nombre de pays européens disposant du droit de vote au GBIF et ceux dotés du statut de « participants associés ». M. King rappelle que les causes de la perte de la biodiversité sont multiples et les données, lacunaires, notamment celles de nature géospatiale, taxonomique et thématique. Il met l’accent sur l’incohérence des données, l'accès limité et l’« interopérabilité » des bases, qui exigent des protocoles et politiques de partage des données, l'harmonisation des méthodes et la mobilisation des données. Toutefois, son message est que nous ne pouvons continuer à nous plaindre de ces lacunes, incompatibilités, etc., et que nous devrions plutôt utiliser le potentiel de la technologie. Il donne plusieurs exemples de sources d'information, telle la base de données du Registre mondial des espèces migratrices. Dans l'ensemble, les nouvelles menaces et pressions, à l’image du changement climatique, exigent de nouvelles réponses politiques. L'Europe doit tenir compte du fait que les décisions présentes influent sur son futur.

        Mme Caroline Cowan, présidente du Groupe d'intérêt pour l'adaptation au sein du Réseau d'agences européennes de conservation de la nature (ENCA), rend compte d'un atelier sur l'adaptation axée sur l'écosystème qui s'est tenu en juin 2009 sur l'île de Vilm (Allemagne). L'atelier avait pour objectif de combler le fossé entre les exemples pratiques sur l'adaptation axée sur l'écosystème, étant donné que l'Europe doit répondre à la question du changement climatique, de l'adaptation et de la biodiversité dans le contexte plus vaste de la mise en oeuvre des stratégies adaptation. L'atelier de Vilm, qui a rassemblé des membres du réseau ENCA, des chercheurs et des représentants d’organisations internationales, a étudié les liens entre l'adaptation humaine aux changements climatiques, la gestion des écosystèmes au profit de l'homme et l'utilisation des écosystèmes naturels contre le changement climatique. Les participants ont évoqué les façons de résoudre le problème du changement climatique basées sur les écosystèmes, notamment comme outil transsectoriel à utiliser dans un contexte local, de façon participative, et comme élément de gestion adaptative. L’atelier a aussi permis d’examiner les cadres juridiques, politiques et administratifs au sein de l’Union européenne. Le Groupe d'intérêt pour l’adaptation de l’ENCA aura pour prochaine étape de contribuer au document stratégique de l'Union européenne et d'étudier comment mettre en oeuvre et en relation les méthodes d'adaptation évoquées durant l'atelier, avec d'autres groupes et conventions telles que la Convention de Berne. Le rapport de réunion sera finalisé dans son intégralité d'ici fin juin 2009 et publié dans les collections de l'Agence fédérale allemande pour la conservation de la nature.

5.      Brèves mises à jour sur les récentes activités et initiatives en matière de biodiversité et de changement climatique depuis la dernière réunion (septembre 2008)

Le Secrétariat informe sur le projet de compilation de rapports nationaux (document T-PVS/Inf (2009) 7) préparé pour la présente réunion et demande aux parties de soumettre leurs commentaires et rapports au format électronique d'ici le 17 juillet 2009. Des informations sont attendues des pays suivants, qui ont fait part de leurs nouvelles activités :

‑          en République tchèque a établi une politique nationale de protection du climat, qui comprend une partie sur l'adaptation et sur les impacts prévisibles du changement climatique sur la biodiversité. La Stratégie nationale d'adaptation, disponible d'ici octobre 2009 en langues tchèque et anglaise, sera mise en place pour l'adaptation de la biodiversité au changement climatique. Il est en outre prévu de consacrer un numéro spécial de la revue sur la conservation de la nature au changement climatique et à la biodiversité ;

‑          en France, un groupe de travail sur la biodiversité et le changement climatique élabore actuellement le Plan national sur l'adaptation, y compris sur les impacts directs et indirects du changement climatique sur la biodiversité et sur différents secteurs et synergies d'adaptation. Une étude bibliographique sur les impacts du changement climatique sur la biodiversité en France sera prête en 2010. Par ailleurs, la France travaille au développement d'une « infrastructure verte et bleue » ;

‑          en Allemagne, la Stratégie-cadre d'adaptation a été adoptée en décembre 2008 et le plan d'action spécial sera mis au point d'ici 2011. Une liste complète des projets au titre du programme sur le changement climatique, notamment sur les réseaux écologiques et l'adaptation au changement climatique, la modélisation des impacts, l'adaptation des lits majeurs, etc., sera transmise pour inclusion dans la compilation des rapports nationaux.

‑          en Norvège : la stratégie d'adaptation nationale, qui compte des secteurs transversaux, a été adoptée en 2008. Un portail internet sur le sujet est à la disposition des planificateurs locaux et un rapport sur les impacts, la vulnérabilité et l'adaptation sera prêt en 2010. La Norvège poursuit ses travaux sur les systèmes de suivi pour la biodiversité et le changement climatique, et a débuté un projet pilote sur les papillons. Elle réalise en outre un grand projet de recherche sur le changement climatique et l'adaptation, qui prévoit un appel d'offres jusque mi-octobre sur le changement climatique et les conséquences de la hausse des taux de CO2 sur les écosystèmes marins. Un livre blanc sur le changement climatique et l'agriculture, qui affectent également la biodiversité, a été publié à l’échelon national ;

‑          la Serbie a pris part à l'élaboration d'un cadre sur le changement climatique pour l'adaptation en Europe du Sud-Est, y compris l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, la Serbie et « l’ex-République yougoslave de Macédoine », qui reconnaît les synergies parmi tous les ministères concernés. Un projet de stratégie pour les secteurs forestier, agricole et industriel sera intégré dans un document unique d'ici octobre 2009, qui tiendra compte de la biodiversité et du changement climatique ;

‑          au Royaume-Uni, une série de rapports sur les partenariats relatifs au changement climatique a été réalisée, notamment sur l’acidification, les impacts sur les zones côtières, etc. Qui plus est, des prévisions climatiques ont été produites cette année, entre autres sur les impacts et sur les réactions possibles à ces prévisions. L'Écosse envisage un projet de loi sur le climat en vue d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80 % d'ici 2050, et un autre sur l'accès aux zones maritimes et côtières. Les orientations du Royaume-Uni pour Copenhague évoquent peu la biodiversité. Le JNCC, qui passe actuellement en revue les activités liées au changement climatique et à la biodiversité selon les principaux accords environnementaux, publiera prochainement ses conclusions ;

‑          en Albanie, un projet est mis en œuvre en coopération avec le ministère italien de l'Environnement pour renforcer les capacités des marchés et du financement carbone. Un autre projet porte sur les mesures d'adaptation et réponses pour la côte nord de l'Adriatique, concernant notamment les espèces menacées, en particulier les oiseaux migratoires, au niveau mondial. La construction des premières éoliennes du pays a été approuvée, et l'on envisage également la mise en place de centrales hydrauliques.

‑          la Commission européenne a adressé au Secrétariat une version révisée des informations incluses dans le projet de compilation des rapports nationaux pour inclusion dans la version finale. De plus, la Semaine verte qui a eu lieu à Bruxelles fin juin 2009 comportait une session sur la biodiversité et sur l'adaptation au changement climatique (voir à l'adresse suivante : http://greenweek2009.alligence.com/).

Le représentant de GBIF informe sur la réunion de son Conseil d'administration, qui se tiendra en octobre 2009, et sur le symposium qui aura lieu juste avant sur les façons d’utiliser les informations relatives à la biodiversité et au changement climatique.

6.   Brèves présentations sur les activités relatives au changement climatique au sein du Conseil de l’Europe

Mme Elvira Cortajarena Iturrioz, membre de la Commission de l’environnement, de l’agriculture et des questions territoriales de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, se réjouit de sa participation à la réunion et informe le Groupe qu'elle prépare actuellement un rapport sur la biodiversité et le changement climatique, qui sera finalisé en 2010, Année internationale de la diversité biologique. Mme Cortajarena Iturrioz annonce au Groupe d'experts qu'en septembre 2009, l’Assemblée parlementaire tiendra un débat sur les défis que pose le changement climatique et sur la proposition d’ajouter un protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l'homme sur le droit à un environnement sain. Elle rappelle les recommandations de l'Assemblée parlementaire sur le changement climatique et se prononce en faveur de la Recommandation 135 (2008) du Comité permanent de la Convention de Berne sur la lutte contre le changement climatique et sur la biodiversité. Mme Cortajarena présente brièvement plusieurs recommandations du Comité des Ministres dont elle tient compte dans son rapport, notamment un appel à la mise en oeuvre de la Recommandation 135 (2008), la nécessité de politiques et de mesures adéquates pour préserver la biodiversité et réduire les impacts du changement climatique, et les systèmes d'évaluation qui visent à améliorer les connaissances et à mieux comprendre les interactions entre la biodiversité, les fonctions écosystémiques et les réponses aux changements climatiques.

Mme Marité Moras, Secrétaire de la Commission du développement durable du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe, se félicite de sa participation à cette réunion et de la collaboration continue avec le Groupe d'experts. Elle met l'accent sur le rôle des collectivités territoriales pour les questions d'adaptation et la lutte contre le changement climatique, et sur l'importance des actions locales et régionales pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Elle rend compte de la participation de sa commission au sommet des collectivités locales pour le changement climatique (Local Government Climate Change Leadership Summit) qui a eu lieu du 2 au 4 juin 2009 à Copenhague, et de son action de lobbying en vue d’obtenir la reconnaissance du rôle des collectivités locales pour les intégrer dans les délégations qui participeront aux négociations sur le changement climatique de décembre 2009.

Le Secrétariat éclaire le Groupe sur les travaux menés au Conseil de l'Europe dans le cadre de l'Accord EUR-OPA risque majeurs et sur les risques que présente le changement climatique pour la communauté, de même que les événements et catastrophes qui y sont liés. Une réunion est prévue en Murcie (Espagne) pour traiter de l'adaptation aux catastrophes naturelles et une autre a eu lieu récemment à Ravello (Italie) pour la promotion de la protection du patrimoine culturel (patrimoine bâti et archéologique) contre les impacts du changement climatique.

Le Secrétariat présente brièvement le rapport établi par un stagiaire plus tôt dans l'année sur les liens entre droits de l'homme et changement climatique, qui résume les travaux du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en vue de l'établissement d'un rapport sur ce lien. Le rapport et le résumé d'un débat d’experts qui a eu lieu en juin 2009 seront soumis aux négociations de décembre 2009 sur le changement climatique. Le Secrétariat ajoute que le Conseil de l'Europe pourrait étudier cette question plus avant mais que, jusqu'ici, les activités et initiatives liées au changement climatique sont intervenues de façon sectorielle (biodiversité, arts, patrimoine culturel, etc.).

Par ailleurs, le Secrétariat renseigne sur les travaux en cours au titre de la Convention de Berne sur la mise en oeuvre de la Stratégie européenne relative aux espèces exotiques envahissantes (EEE) aux niveaux national et régional, et sur l'issue de la réunion du Groupe d'experts sur cette stratégie. Deux projets de recommandations préparés par ce groupe sont présentés à la réunion : l’un porte sur l'utilisation d'espèces potentiellement envahissantes pour les biocarburants, l'autre, sur la nécessité de revoir la définition d'« espèces exotiques » pour les espèces indigènes qui se répandent vers les zones voisines en raison du changement climatique.

7.   Impacts du changement climatique sur les espèces de plantes en Europe

M. Vernon Heywood, consultant de l'Ecole de sciences biologiques de l'université de Reading, présente son projet de rapport sur les impacts du changement climatique sur les espèces de plantes en Europe (« The impacts of climate change on plant species in Europe », document T-PVS/Inf (2009) 9), qui met l'accent sur les points suivants : le rôle unique des plantes ; la nécessité de tenir compte du changement global et pas seulement du changement climatique ; les incertitudes liées aux points de comparaison ; les zones à risque élevé de changement climatique ; les avantages et les limites de la modélisation de niches écologiques ; la nécessité d'une approche plus vaste de la conservation incluant les zones protégées, la conservation et la restauration des espèces, ainsi que la conservation hors site ; la conservation hors des zones protégées ; les nouvelles méthodes controversées, telle la migration assistée par l'homme ; et la question des espèces exotiques envahissantes, puisque l'on estime que 80 % des plantes exotiques actuellement envahissantes (dont la renouée du Japon (Polygonum japonicum), le rhododendron (Rhododendron ponticum), etc.) ont été introduites en guise de plantes ornementales ou agricoles.

L'auteur du rapport fait remarquer que certaines espèces devraient présenter des risques élevés dans des régions côtières, de haute montagne et dans le bassin méditerranéen en conséquence d'éléments climatiques et autres éléments de changement à l’échelle mondiale. Il ajoute que les plantes et la végétation de la partie méditerranéenne de l'Europe sera confrontée à des problèmes particuliers et que la région connaîtra une forte augmentation d’espèces graminées, exotiques envahissantes et pionnières avec une perte d'endémie restreinte, en particulier dans les habitats montagneux.

La discussion qui suit cette présentation porte sur les points suivants : principales lacunes en matière de recherche, espèces orphelines des banques de graines, disponibilité des informations pour la modélisation de niches écologiques, lien entre connectivité et EEE, et nécessité de mettre en oeuvre les réseaux existants de zones protégées.

8.   Impacts du changement climatique sur les invertébrés en Europe

M. Robert Wilson, consultant de l’université d'Exeter, présente son projet de rapport sur les impacts du changement climatique sur les invertébrés en Europe, relativement à la vulnérabilité des espèces protégées par la Convention de Berne (« Impacts of climate change on European invertebrates, with reference to the vulnerability of Bern Convention species », document T-PVS/Inf (2009) 8). Il évoque les preuves des réponses des invertébrés aux changements climatiques, notamment l’évolution, la répartition et la diversité des populations. Les réponses observées et modélisées révèlent une sensibilité élevée et une capacité d'adaptation moindre chez les espèces qui semblent les plus vulnérables à d’autres menaces. L'auteur conclut que la magnitude du changement climatique fait une différence marquée avec les futures répartitions modélisées d'espèces et, par conséquent, que l'atténuation du changement climatique demeure fondamentale, accompagnée d'une adaptation planifiée, compte tenu des divers degrés existants de changement climatique.

Les recommandations du consultant portent, entre autres, sur la nécessité de préserver l'hétérogénéité afin d'accroître les capacités d'adaptation des systèmes naturels et gérés, de préserver les populations existantes, et de réduire au minimum les menaces qui planent sur les systèmes vulnérables puisque le changement climatique interagit avec d'autres menaces pour la biodiversité des invertébrés. Les invertébrés les plus vulnérables se trouvent dans les montagnes, les prairies naturelles et semi naturelles, les forêts anciennes, les habitats méditerranéens, les systèmes benthiques et d'eau douce, les îles atlantiques et méditerranéennes et les chaînes de montagnes d'Europe centrale et méridionale, qui abritent nombre d'endémies à habitat restreint. Les recommandations portent également sur la nécessité de faciliter les déplacements, puisque les réseaux d’habitats à l’échelle du paysage seront nécessaires pour que les espèces puissent déplacer leurs populations, et sur les moyens en matière de suivi et de recherche identifiés par l'auteur.

La discussion est axée sur l’expansion et la contraction des habitats, sur la possibilité d'ajouter au rapport des indications sur les pollinisateurs et les invertébrés présents dans le sol, et sur la dispersion des espèces invertébrées comme vecteurs de maladies.

9.  Travaux de l’IUCN sur la biodiversité et le changement climatique

     M. Yves de Soye, représentant Changement climatique, énergie et biodiversité au bureau régional de l’IUCN pour la zone paneuropéenne, donne une vue d'ensemble de l'initiative sur le changement climatique de son organisation, notamment des travaux sur l'évaluation des impacts de ce dernier, les forêts et la REDD (réduction des émissions de la déforestation de la dégradation de la forêt), et présente plusieurs projets liés à l'adaptation et à la gestion des écosystèmes et des moyens de subsistance locaux. Puis, il énonce les priorités politiques globales de l’IUCN relativement à la CCNUCC, y compris les négociations en cours en vue d'un accord après 2012 et les réflexions sur l'adaptation axée sur les écosystèmes aux niveaux mondial et de l'Union européenne. Parmi les autres travaux de l’IUCN en la matière, il cite la politique et les projets sur le changement climatique, l'énergie et la biodiversité de l'Union européenne.

       M. de Soye présente brièvement le projet sur la biodiversité et le changement climatique en rapport avec le Réseau Natura 2000 (« Biodiversity and Climate Change in relation to the Natura 2000 Network ») qui sera finalisé d'ici septembre 2009. Lancé en janvier 2008 et mené par plusieurs organisations (IUCN, AEA, Axiom-ESKA, IEEP et le WCNC du PNUE), le projet se donne quatre grandes missions : réaliser (i) une analyse des preuves des impacts du changement climatique sur la biodiversité européenne ; (ii) un cadre d'évaluation de la vulnérabilité et d’identification des menaces pour les habitats, les espèces et le réseau Natura 2000 ; (iii) une évaluation des implications pour l'Union européenne de l’objectif de biodiversité « 2010 et au-delà », et l'élaboration de recommandations politiques ; et (iv) un examen des effets des éoliennes, des projets hydroélectriques et des barrages marémoteurs sur la biodiversité et sur le réseau Natura 2000.

10. Aires protégées et changement climatique en Europe

M. Miguel Araújo, consultant pour le Musée national de sciences naturelles d’Espagne et pour l'université d’Évora (Portugal), présente son projet de rapport sur les aires protégées et sur le changement climatique en Europe (document T-PVS/Inf (2009) 10), qui couvre les zones terrestres. Il explique les grandes lignes de son rapport sur les aires protégées en Europe et sur le changement climatique, sur l'atténuation des impacts du changement climatique sur la biodiversité des aires protégées (y compris la gestion des aires protégées individuellement, des réseaux d'aires protégées et des aires non protégées), et sur des politiques pour l'adaptation de la biodiversité dans des aires protégées. Son rapport s’achève sur une partie sur les principales conclusions et recommandations, selon lesquelles les aires protégées et les réseaux d’aires de conservation à l'échelle européenne sont sévèrement menacés par le changement climatique. L'auteur insiste sur le fait que la gestion des aires protégées exige une vision de long terme et des mesures en faveur de l'adaptation de la biodiversité au changement climatique, dans un horizon allant jusqu’à 20 à 50 ans. Des stratégies de gestion de l’adaptation sont également recommandées. De plus, une gestion à plus grande échelle du paysage rural est nécessaire pour soulager les pressions qui pèsent sur la biodiversité et pour faciliter la dispersion des espèces. M. Araújo dresse la liste des mécanismes possibles pour la mise en place d’interdictions et de conditions réglementaires radicales, de mesures d'incitation directes pour la conservation des terres privées, la création et l'amélioration de marchés et les instruments d'information à l'éducation. Il considère qu'un ensemble minimum de normes communes, de politiques de conservation transfrontalières et de politiques partagées de lutte contre le changement climatique pour le paysage rural seraient conseillé. Enfin, il recommande de suivre de près l'élaboration de plans d'adaptation intersectoriels au changement climatique avec des mesures spécifiques à la biodiversité.

Les membres du Groupe d'experts évoquent la nécessité d'inclure dans le rapport des indications sur les services écosystémiques du paysage rural. Parmi les autres points évoqués, citons la disponibilité et la diffusion des données pour la planification et la modélisation bioclimatique (généralement insuffisante pour les schémas locaux, les aires protégées spéciales et les montagnes) ; la nécessité de traiter les éventuelles déclassifications au cas par cas et de classer par ordre de priorité les efforts liés à la mise en oeuvre des systèmes existants de zones protégées ; l'exemple des réserves naturelles du Portugal ; la nécessité de se concentrer sur l'efficacité des aires protégées ; les difficultés liées à l'identification des refuges de déplacement en raison des réactions propres aux espèces face au changement climatique ; le fait que les travaux bien menés de conservation aient également des effets bénéfiques sur les impacts du changement climatique ; et l'importance capitale d'améliorer les systèmes d’information et d'éducation sur ces questions pour tous les secteurs concernés.

11. Présentation du projet de recommandation par le Secrétariat

Le Secrétariat présente le projet de recommandation sur les orientations futures pour les Parties sur la biodiversité et le changement climatique, qui inclut les principaux résultats des travaux entrepris par le Groupe d'experts en 2009. Le Secrétariat décrit brièvement les sources et la structure du projet de recommandation, en relation avec les rapports débattus et examinés par le Groupe d’experts à la présente réunion, et insiste sur les liens avec la précédente recommandation (Recommandation No. 135 (2008) du Comité permanent, adoptée le 27 novembre 2008, sur la lutte contre les impacts du changement climatique sur la biodiversité). De plus, le Secrétariat informe que le Groupe d'experts pourrait envisager la possibilité de fusionner et de réviser toutes les recommandations afférentes à ce sujet et d'inclure cette synthèse dans ses travaux futurs.

12. Discussion du projet de recommandation

Le Secrétariat invite les participants à faire des commentaires sur les titres et sur la structure du projet de recommandation, de même que sur le préambule, les paragraphes du corps du texte et les actions proposées, dont la liste figure en annexe, comme orientations futures pour les parties.

        Le Groupe d'experts décide d'ajouter cinq paragraphes au préambule, et deux paragraphes au corps du texte. Les membres du Groupe d'experts font des commentaires précis pour revoir l'orientation de l'annexe.

13. Prochaines étapes avant la réunion du Comité permanent

     Le Secrétariat prend note des commentaires et informe le Groupe qu'une version révisée sera diffusée par e-mail pour commentaires ultérieurs durant l'été. Les trois projets de rapports seront en outre finalisés à la lumière des remarques émises à la présente réunion. De plus, tous les documents PowerPoint présentés à la réunion seront disponibles à l'adresse suivante :

http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/conventions/Bern/GoE_ClimateChange/StrasbourgCC_2009_en.asp#TopOfPage

     La version finale du projet de recommandation doit être finalisée d'ici fin septembre 2009 au plus tard, ce qui laisse le temps de la traduire en français avant soumission au Comité permanent pour étude et éventuellement adoption à sa 29e réunion, qui se tiendra du 23 au 26 novembre 2009.

14. Travaux futurs du Groupe d’experts

       Le Groupe décide de poursuivre son interaction avec d’autres Groupes d’experts de la Convention de Berne, ainsi qu’avec d’autres organes du Conseil de l’Europe, conventions et organisations concernées. Pour ce qui est des domaines de travaux ultérieurs, le Groupe convient de tenir compte des points suivants dans la préparation des orientations futures :

·            biodiversité des zones montagneuses et changement climatique ;

·            biodiversité des îles et changement climatique ;

·            besoins des écosystèmes méditerranéens en matière d'adaptation ;

·            biodiversité forestière et incendies ;

·            poursuite de la réflexion sur l’EEE et le changement climatique ;

·            intégration et révision de l’ensemble des orientations dans un document unique ;

·            analyse des stratégies nationales existantes d'adaptation pour la biodiversité ;

·            biodiversité marine et changement climatique en Europe (avec d'autres conventions régionales).

Le Secrétariat indique que la prochaine réunion du Groupe d'experts est prévue pour juin 2010 et qu’il n'est pas exclu que le gouvernement islandais propose de l'accueillir (à confirmer).

15. Questions diverses

Aucune autre question n’est soulevée.

16. Clôture

Le vice-président (M. Peter ZHELEV) remercie les participants pour leur contribution active tout au long de la réunion, ainsi que le Secrétariat et les interprètes. Il clôt officiellement la réunion à 17 heures, le vendredi après-midi. Les participants adressent leurs sincères condoléances au président du Groupe d'experts (M. Snorri BALDURSSON), qui a dû quitter la réunion jeudi après‑midi en raison d'un décès dans sa famille.


Annexe 1

LIST OF PARTICIPANTS

 /

LISTE DES PARTICIPANTS

I.       CONTRACTING PARTIES / PARTIES CONTRACTANTES

Albania/ Albanie

Ms Elvana RAMAJ, Senior Expert, Nature Protection Policies Directorate, Ministry of the Environment, Forests & Water Administration, Rruga e Durresit, No. 27, TIRANA. Tel: +355 4 270 624/30 or +355 69 2121425.   Fax: +355 4 270 627/30.   E-mail: eramaj@moe.gov.al or eramaj@hotmail.com

Bosnia and Herzegovina / Bosnie-Herzégovine

Monsieur Martin TAISA, Ministère des Affaires civiles de Bosnie-Herzégovine, TRG BiH 1, 71000 SARAJEVO

Tel : +387 33 492 506.   Fax : +387 33 492 620.   E-mail: …   [Apologised for absence / Excusé]

Bulgaria/ Bulgarie

Mr. Peter ZHELEV, PhD, Department of Dendrology, University of Forestry, 10, Kl. , Ochridsky Blvd. 1756 SOFIA

Tel: +359-2-91907 ext. 389 / +359-887-436035.   Fax:: +359-2-8622830.   E-mail: zhelev@ltu.bg or Peter_Zhelev@abv.bg

Czech Republic / RepubliQue tcheque

Mr Jan PLESNIK, Advisor in international co-operation, Agency for Nature Conservation and Landscape Protection of the Czech Republic, Nuselska 39, 14 000   PRAGUE 4

Tel +420 241 082 114.   Fax +420 241 082 999.   E-mail: jan.plesnik@nature.cz or plesnik.jan@seznam.cz

European Commission / Commission européenne

Ms Karin ZAUNBERGER, European Commission, Av. de Beaulieu 5, 1160 BRUSSELS, Belgium

Tel : +32 2 296 21 72.   Fax: +32 2 299 08 95.   E-mail : karin.zaunberger@ec.europa.eu

France / France

Ms Cécile BLANC, European affairs and biodiversity officer, Connaissance et stratégie nationale pour la biodiversité, Ministère de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, 20 avenue de Ségur 75007 PARIS

Tel: +33 (0) 1 40 81 12 63.   Fax: Fax: +33 (0)1 42 19 25 77.   E-mail: Cecile.BLANC@developpement-durable.gouv.fr

Germany / Allemagne

Ms Cordula EPPLE, Scientific Officer, Federal Agency for Nature Conservation, Isle of Vilm, 18581 PUTBUS

Tel: +49-38301-86136.   Fax: +49-38301-86150.   E-mail: cordula.epple@bfn-vilm.de

Iceland / Islande

Mr Snorri BALDURSSON, Head of Information Department, Icelandic Institute of Natural History , Hlemmur 3, 105 REYKJAVIK

Tel: +354 590 0500.   Fax: +354 590 0595.   E-mail  snorri@ni.is

Latvia / Lettonie

Mr Vilnis BERNARDS, Head of Species and Habitats Conservation Division, Nature Protection Department, Ministry of Environment, Peldu Str 25, LV-1494 RIGA.

Tel:  +371 6 7026524.   Fax:  +371 6 7820442.   E-mail: vilnis.bernards@vidm.gov.lv

Norway / Norvège

Ms Else Marie LØBERSLI, Senior Adviser at the Directorate for Nature Management, The Directorate for Nature Management, Tungasletta 2, N-7485 TRONDHEIM

Tel.:: +47 73580635/500.   Fax : +47 73580501.   E-mail: else.lobersli@dirnat.no

Serbia / Serbie

Ms Snezana PROKIC, Advisor, Ministry for Environmental Protection and Spatial Planning, 1, Omladinskih brigada Str., 11070 NEW BELGRADE

Tel: +381 11 31 31 569.   Fax: +381 11 31 32 547.   E-mail: snezana.prokic@ekoserb.sr.gov.yu or snezana.prokic@exoplan.gov.rs or s_prokic@hotmail.com

Slovenia / Slovénie

Mr Peter SKOBERNE, Ph. D., Under-Secretary, Ministrstvo za okolje in prostor (Ministry of Environment and Spatial Planning), Dunajska 48, SI-1000 LJUBLJANA.

Tel.: + 386 (0)1/309 45 62.   Fax: + 386 (0)1/309 45 93.   E-mail: peter.skoberne@gov.si.

[Apologised for absence / Excusé]

Spain / Espagne

Mr Miguel FERRER, Estación Biológica de Doñana, Av. M. Luisa S/N, Apdo. 1056, E-41080 SEVILLA, Spain

Mobile tel: 00 34 609 587 869.   E-mail: mferrer@ebd.csic.es [Apologised for absence / Excusé]

Switzerland / Suisse

Mr Olivier BIBER, Chef Biodiversité internationale, Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage (OFEV), CH‑3003 BERNE

Tel : +41 31 323 06 63.   Fax : +41 31 324 75 79.   E-mail : olivier.biber@bafu.admin.ch

Ukraine / Ukraine

Mr . Dmytro BARBARCHUK, Director of Directorate of Biotic Resources and EcoNet, Ministry of Environmental Protection, Urytskogo str., 35, 03035 KIEV

Tel:: +380 50 4620324.   Fax: +380 44 206 31 47.   E-mail: barbarchuk@bk.ru.

United Kingdom / Royaume-Uni

Ms Deborah PROCTER, Climate Change Adviser, JNCC, Monkstone House, City Road, PETERBOROUGH, PE9 1QQ

Tel: +44 (0)1733 866809.   Fax: +44 (0)1733 56262.   E-mail: Deborah.Procter@jncc.gov.uk. Website: www.jncc.gov.uk

II.      OBSERVERS / OBSERVATEURS

Holy See / Saint Siège

Mr Jean-Pierre RIBAUT, 27 rue Rabié, F-33250 PAUILLAC, France.

Tel : +33 556 59 13 64.   Fax : +33 556 59 68 80.   E-mail: jeanpierreribau@wanadoo.fr

ACCOBAMS

Ms Marie-Christine GRILLO-COMPULSIONE, Executive Secretary, Jardin de l’Unesco, Les Terrasses de Fontvieille, MC‑98000 MONACO.Tel : +377 9393 8010/2078.   Fax : +377 9898 4208.   E-mail: mcgrillo@accobams.net   Website: www.accobams.org

BirdLife International ‑ Royal Society for Protection of Birds (RSPB) / BirdLife International  ‑ Société royale pour la protection des Oiseaux (RSPB)

Mr Olly WATTS , Senior Policy Officer Climate Change, RSPB Sustainable Development Department , The Lodge, Sandy, Bedfordshire SG19 2DL, United Kingdom

Tel: +44 1767 69 3084.   E-mail : olly.watts@rspb.org.uk

CABI Europe

Ms Lindsey NORGROVE, Global Director, Invasive Species, rue des Grillons 1, CH 2800 DELÉMONT, Switzerland.

Tel: +41 (32) 421 4886.   Fax +41 (32) 421 4871.   E-mail: l.norgrove@cabi.org

Convention on Biological Diversity (CBD) / Convention sur la diversité biologique (CDB)

Ms. Jaime WEBBE, Climate Change Programme Officer, CBD Secretariat, 413, Saint Jacques Street, suite 800, MONTREAL QC H2Y 1N9, Canada

Tel  +1 514 287 8718.   E-mail: jaime.webbe@cbd.int           [Apologised for absence / Excusée]

Secretariat of the Convention on the conservation of migratory species of wild animals (UNEP/CMS) / Secrétariat de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (Bonn) (PNUE/CMS)

Ms Melanie VIRTUE, Inter-Agency Liaison Officer, UNEP/CMS Secretariat, Hermann-Ehlers-Str. 10, 53113 BONN, Germany.

Tel: +49 228 815 2462.   Fax: 49 228 815 2449.   E-Mail: mvirtue@cms.int; web: www.cms.int

European Nature Conservation Agencies (ENCA)

Represented by Ms Caroline COWAN (United Kingdom), Chair of the Adaptation Interest Group

Principal Specialist Climate Change, Natural England, 3B8 Ashdown House, 123 Victoria Street, LONDON, SW1E 6DE

Tel: +44 (0)300 060 2337.   E-mail: caroline.cowan@naturalengland.org.uk

European Public Law Organisation (EPLO)

Mr Eleftherios LEVANTIS, Head of Unit, Operations V- Environment and Sustainable Development, European Public Law Organization (EPLO), 64th km Athens-Sounio Ave., GR-19500 , Greece.

Tel.  +30 22920 69811.   Fax. +30 22920 69813.   E-mail: elevantis@eplo.eu.   Website : www.eplo.eu                                                                                                 [Apologised for absence / Excusé]

Global Biodiversity Information Facility (GBIF)

Mr Nicholas KING, Director of the Global Biodiversity Information Facility (GBIF), GBIF Secretariat, Universitetsparken 15, 2100 COPENHAGEN, Denmark

Tel: +45 35 32 14 71.   Fax: +45 35 32 14 80.   Email: nking@gbif.org

Il Nibbio – Antonio Bana’s Foundation for research on ornithological migration and environmental protection / Il Nibbio – Fondation Antonio Bana pour la recherche des migrations ornithologiques et la protection de l’environnement

Mr Ferdinando RANZANICI, Environmental Certification and Natura 2000 Aspects, Via S. Antonio, 11, 20122 MILAN, Italy

Tel: / Fax: +39 031762162.   E-mail: ferdinando.ranzanici@tin.it.   Site : http://www.nibbio.org


Pro Natura - Friends of the Earth Switzerland

Mr Friedrich WULF, International Co-ordinator, Pro Natura - Friends of the Earth Switzerland, Dornacherstr. 192, PO Box, CH-4018 BASEL, Switzerland.

Tel: +41 61 317 92 42. Fax: +41 61 317 92 66. E-mail: friedrich.wulf@pronatura.ch . Website : www.pronatura.ch

United Nations Environment Programme – Mediterranean Action Plan

Regional Activity Centre for Specially Protected Areas (RAC/SPA) – Tunis / Centre d’activités régionales pour les aires spécialement protégées (CAR/ASP)

Mr Atef OUERGHI, Expert on Marine Biology, Regional Activity Centre for Specially Protected Areas, (RAC/SPA), Boulevard du leader Yasser Arafat, BP 337, 1080 TUNIS Cedex, Tunisia

Tel : …   Fax : …   E-mail: atef.ouerghi@rac-spa.org

Ramsar Convention on Wetlands

Ms Monica ZAVAGLI, Scientific & Technical Support officer, The Ramsar Convention on Wetlands, Rue de Mauverney 28, CH-1196 GLAND, Switzerland.

Tel: 41(0)229990155. Fax: +41(0)229990169.         E-mail: ZAVAGLI@ramsar.org  

IUCN (International Union for Conservation of Nature)

Mr Yves de SOYE, Climate Change, Energy and Biodiversity Officer, IUCN, Regional Office for Pan-Europe, Boulevard Louis Schmidt 64, 1040 BRUSSELS, Belgium

Tel. +32 2 739 1000.   Email: yves.desoye@iucn.org

UNEP-World Conservation Monitoring Centre

Mr Barney DICKSON, Head of Programme, Climate Change and Biodiversity, UNEP-World Conservation Monitoring Centre, 219 Huntingdon Road, CAMBRIDGE CB3 0DL, United Kingdom

Tel: +44 1223 814 636.   Fax +44 1223 277136.   E-mail: Barney.Dickson@unep-wcmc.org.   Website : http://www.unep-wcmc.org/climate

III.    CONSULTANTS / EXPERTS CONSULTANTS

Mr Miguel B. ARAUJO, National Museum of Natural Sciences, CSIC, Madrid. C/ Toledo 136, E-28004 MADRID, Spain

Tel: +34 914111328 ext. 1103.   E-mail: maraujo@mncn.csic.es

Professor Vernon HEYWOOD, Professor Emeritus, School of Biological Sciences, The University of Reading, PO Box 221, Whiteknights, GB-READING RG6 6AS / United Kingdom

Tel: +44 (0)118 978 0185.   Fax +44 (0)118 9891745.   E-mail: v.h.heywood@reading.ac.uk or vhheywood@btinternet.com .   Website: www.biosci.rdg.ac.uk

Dr Robert WILSON, Centre for Ecology & Conservation, School of Biosciences, University of Exeter, Cornwall Campus, Penryn, CORNWALL TR10 9EZ, United Kingdom

Tel: +44 1326 253769   Fax: +44 1326 253638   E-mail: R.J.Wilson@exeter.ac.uk

IV.    COUNCIL OF EUROPE / CONSEIL DE L’EUROPE

Congress of Local and Regional Authorities of the Council of Europe / Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe

Ms Marité MORAS, Secretary of the Committee on Sustainable Development, Congress of Local and Regional Authorities / Secrétaire de la Commission du Développement Durable, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux

E-mail : marité.moras@coe.int


Parliamentary Assembly of the Council of Europe / Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe

Ms. Elvira CORTAJARENA ITURRIOZ, Commission de l'environnement, de l'agriculture et des questions territoriales , APCE, Congreso de los Diputados, C/ Floridablanca s/n, 28071 – MADRID, Spain.

E-mail: elvira.cortajarena@diputada.congreso.es

Mr Bogdan TORCATORIU, co-Secretary / co-secrétaire, Committee on the Environment, Agriculture and Local and Regional Affairs / Commission de l’Environnement, de l’Agriculture et des Questions territoriales, Parliamentary Assembly / Assemblée parlementaire

Tel +33 388 41 32 82. E-mail : bodgan.torcatoriu@coe.int

Ms Melina GARCIN, Trainee / Stagiaire, Parliamentary Assembly / Assemblée parlementaire

Tel: …   E-mail: melina.garcin@coe.int

V.      INTERPRETERS / INTERPRETES

Ms Ingrid CATTON-CONTY, 26, rue de l’Yvette, F-75016 PARIS, France.

Tel: +33 1 40 50 04 22.   Fax: +33 1 40 50 80 84.   E-mail: ingrid.catton@wanadoo.fr

Ms Starr PIROT, Chemin des Mollards, CH-1261 St. GEORGE, Suisse.

Tel : +41 22 368 20 67.   Fax: +41 (22) 368 20 73.   E-mail: s.pirot@aiic.net

Mr William VALK, 2, rue des Jardins, Duntzenheim, F-67270 HOCHFELDEN, France.

Tel: +33 3 88 70 59 02.   Fax: +33 3 88 70 50 98.   E-mail: william.valk@wanadoo.fr

VI.    SECRETARIAT / SECRETARIAT

Council of Europe / Conseil de l’Europe, Directorate of Culture and of Cultural and Natural Heritage / Direction de la Culture et du Patrimoine culturel et naturel, F‑67075 STRASBOURG CEDEX, France Tel : +33 388 41 20 00.   Fax : +33 388 41 37 51

Mr Eladio FERNÁNDEZ-GALIANO, Directorate of Culture and Cultural and Natural Heritage / Direction de la Culture et du Patrimoine culturel et naturel DGIV

Tel : +33 3 88 41 22 59   Fax : +33 3 88 41 37 51   E‑mail : eladio.fernandez‑galiano@coe.int

Ms Carolina LASÉN DÍAZ, Administrator of the Biological Diversity Unit / Administrateur de l’Unité de la Diversité biologique

Tel : +33 390 21 56 79.   Fax : +33 388 41 37 51.   E-mail : carolina.lasen-diaz@coe.int

Ms Ivana D’ALESSANDRO, Biological Diversity Unit / Unité de la Diversité biologique

Tel : +33 388 41 51 51. Fax : +33 388 41 37 51.   E-mail : ivana.dalessandro@coe.int

Ms Snezana MANCIC, Biological Diversity Unit / Unité de la Diversité biologique

Tel : +33 388 41 42 45. Fax : +33 388 41 37 51.   E-mail : snezana.mancic@coe.int

Ms Véronique de CUSSAC, Biological Diversity Unit / Unité de la Diversité biologique

Tel : +33 388 41 34 76. Fax : +33 388 41 37 51.   E-mail : veronique.decussac@coe.int

Ms Christina DIMOPOULOU, Trainee / Stagiaire, Biological Diversity Unit / Unité de la Diversité biologique

Tel : +33 388 41 26 15.   Fax : +33 388 41 37 51… E-mail : maria.blazogiannaki@coe.int


Annexe 2

Groupe d’experts
sur la biodiversité et le changement climatique

Palais de l’Europe, Salle 10

Strasbourg, 11-12 septembre 2008

__________

ORDRE DU JOUR REVISE

Jeudi 2 juillet

09h30 – 10h00 Accueil et ouverture

1.         Ouverture de la réunion par le Président (M. Snorri Baldursson)

2.         Adoption de l’ordre du jour

3.         Introduction par le Secrétariat (Mme Carolina Lasén Díaz)

10h00 – 12h00 Biodiversité et changement climatique dans d’autres enceintes

4.         Mises à jour des activités sur la biodiversité et le changement climatique dans d’autres enceintes

a.      Convention sur la Diversité biologique

b.  Convention sur les Espèces migratrices (Mme Aline Kühl, Policy Advisor)

c.  Convention de Barcelone (M. Atef Ouerghi, Expert in Marine Biology , RAC-SPA)

d. Convention de Ramsar (Mme. Melanie Virtue, Interagency Liaison Officer)

e.  UNEP-World Conservation Monitoring Centre (M. Barney Dickson, Chef du Programme Changement climatique et Biodiversité)

Pause-ca

f.   Commission européenne (Mme. Karin Zaunberger, DG Environnement)

g.  AEE (M. Snorri Baldursson, Président du Groupe d’experts SEBI 2010 sur les ‘indicateurs d’impacts du changement climatique sur la biodiversité’)

h.  GBIF (M. Nick King, Directeur)

i.    Réseau des Agences européennes de Conservation de la Nature: Rapport sur l’Atelier sur « Ecosystem based adaptation » (Mme. Caroline Cowan)

12h00 – 12h30 Mises à jour nationales

5.         Brèves mises à jour sur les récentes activités et initiatives en matière de biodiversité et de changement climatique depuis la dernière réunion (septembre 2008)

Déjeuner

14h00 – 15h30 Changement climatique au Conseil de l’Europe

6.         Brèves présentations sur les activités concernant le changement climatique au sein du Conseil de l’Europe

a.      Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (Mme. Elvira CORTAJARENA ITURRIOZ, Commission de l’environnement, de l’agriculture et des questions territoriales)

b.    Congrès des pouvoirs locaux et régionaux (Mme. Marité Moras, Secrétaire de la Commission sur le Développement Durable)

c.    Changement climatique et patrimoine culturel (M. Eladio Fernandez-Galiano, Secrétaire exécutif de l’Accord EUR-OPA)

d.   Changement climatique et droits de l’homme (Mme. Carolina Lasén Díaz)

e.    Groupe d’experts de la Convention de Berne sur les Espèces exotiques envahissantes (M. Eladio Fernandez-Galiano)

15h30 – 15h45 Pause-café

15h45 – 17h30 Présentation des projets de rapports et discussion

7.         Impacts du changement climatique sur les espèces de plantes en Europe (M. Vernon Heywood, Université de Reading, Royaume-Uni)

8.         Impacts du changement climatique sur les invertébrés en Europe (M. Robert Wilson, Université d’Exeter, Royaume-Uni)

Une réservation pour le dîner a été faite au restaurant alsacien « Renard Prechant » (34, rue de Zurich), à 20h00, pour ceux qui souhaitent se retrouver dans la soirée. Plus d’informations vous seront communiquées pendant la réunion.

Merci de noter que ceci n’est pas une invitation du Conseil de l’Europe.


Vendredi 3 juillet

9h30 – 10h30 Présentation des projets de rapports et discussion (cont.)

9.             Présentation du projet financé par l’UE sur Natura 2000 et le changement climatique (M. Yves de Soye, Climate Change, Energy and Biodiversity Officer, IUCN’s Regional Office for Pan-Europe)

10.         Aires protégées et changement climatique (M. Miguel Araújo, Museum national des Sciences naturelles, Madrid, Espagne)

10h30 – 11h00 Projet de recommandation sur les orientations futures pour les Parties sur la biodiversité et le changement climatique

11.     Présentation du projet de recommandation par le Secrétariat

12.     Discussion du projet de texte

11h00 – 11h15 Pause-café

11h15 – 12h30 Discussion du projet de recommandation

Déjeuner

14h00 – 16h00 Discussion du projet de recommandation (cont.)

16h00 – 16h15 Pause-café

16h15 – 16h45 Prochaines étapes et activités futures

14. Prochaines étapes avant la réunion du Comité permanent

15. Futures activités du Groupe d’experts

16h45 – 17h00 Clôture

16.    Questions diverses

17.    Clôture

***