banner_2010_press_release_DC_en

T +33(0)388412560             www.coe.int                 pressunit@coe.int

Ref. DC 082(2013)

Statement by the Secretary General of the Council of Europe on legislation in the Russian Duma prohibiting "propaganda of non-traditional sexual relations" among minors

Strasbourg, 13.06.2013 - “The Upper House of the Russian Parliament should not approve the draft law prohibiting the ‘propaganda of non-traditional sexual relations’ among minors,” said Secretary General Thorbjørn Jagland in a statement today. “This law clearly affects some of the most important principles in the European Convention of Human Rights, such as freedom of expression and freedom of assembly.”

“I have previously expressed my concern with regard to this legislation in a letter to the Speaker of the Duma. The majority does not have the right to adopt legislation that clearly discriminates minorities. On the contrary, the majority has the duty to protect the right of minorities.

Public opinion may favour it, but this does not justify a law which will legalise prejudice.”

Unfortunately, this initiative fits into a broader pattern in Europe, where vulnerable groups and minorities are attacked, and this fuels extremism and violence,” said Secretary General Jagland.

Press contact:

Daniel Höltgen, Spokesperson of the Secretary General, mobile +33 6 68 29 87 51

Déclaration du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe sur la loi adoptée par la Douma russe interdisant la « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles » auprès des mineurs

Strasbourg, 13.06.2013 – « La chambre haute du Parlement russe ne devrait pas approuver le projet de loi interdisant la "propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles" auprès des mineurs, a déclaré aujourd’hui le Secrétaire Général, Thorbjørn Jagland. Cette loi porte clairement atteinte à quelques-uns des principes les plus fondamentaux de la Convention européenne des droits de l’homme, comme la liberté d’expression et la liberté de réunion. »

« J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer mon inquiétude au sujet de cette loi dans une lettre au président de la Douma. La majorité n’a pas le droit d’adopter une loi manifestement discriminatoire à l’égard des minorités. Elle a au contraire le devoir de protéger les droits des minorités. »

« L’opinion publique est peut-être favorable à une telle loi, mais cela ne justifie pas de légaliser les préjugés. »

« Malheureusement, cette initiative s’inscrit dans un cadre plus large en Europe, où les groupes vulnérables et les minorités sont pris pour cible, ce qui nourrit l’extrémisme et la violence », a déclaré le Secrétaire Général.

Contact presse :

Daniel Höltgen, porte-parole du Secrétaire Général, portable +33 6 68 29 87 51