T +33(0)388412560             www.coe.int                 pressunit@coe.int

Ref. DC 140(2011)

Council of Europe Deputy Secretary General sees 2011 Convention as new hope in stopping violence against women

Strasbourg, 24.11.2011 - Council of Europe Deputy Secretary General Maud de Boer-Buquicchio has urged governments to sign and ratify Europe’s first treaty aimed at combating violence against women and domestic violence.

Speaking on the eve of 25 November, the International Day for the Elimination of Violence against Women, she said the Council of Europe’s new Convention on preventing and combating violence against women and domestic violence had the potential to truly make a difference to the lives of millions of women.

Violence against women, in any of its many forms, is an appalling violation of human rights. It is a brutal, often deadly reflection of the inequality suffered by far too many women in our societies.” she said.

“Every year on 25 November, world leaders condemn gender-based violence, but little changes on the ground. 2011 marks a watershed: thanks to the Convention, the Council of Europe is now able to offer a real tool for change.”

The Convention, opened for signature in May this year, is the most far-reaching international legal text in the world, with measures to prevent violence, protect victims and punish perpetrators. It recognises the state’s responsibility to act against any form of violence to women and to end impunity for perpetrators.

For more information on the Council of Europe’s work to combat violence against women

La Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe voit dans la Convention de 2011 un nouvel espoir de mettre fin à la violence à l’égard des femmes

Strasbourg, 24.11.2011 – La Secrétaire Générale adjointe du Conseil de l’Europe, Maud de Boer-Buquicchio, a exhorté les gouvernements à signer et à ratifier le premier traité européen visant à combattre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique.

S’exprimant à la veille du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, elle a affirmé que la nouvelle Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique pouvait réellement changer la vie de millions de femmes.

« La violence à l’égard des femmes, quelles que soient les nombreuses formes qu’elle revêt, est une monstrueuse violation des droits de l’homme. C’est une manifestation brutale, parfois meurtrière, de l’inégalité dont un trop grand nombre de femmes sont encore victimes dans nos sociétés », a-t-elle déclaré.

« Chaque année le 25 novembre, les dirigeants du monde entier condamnent la violence fondée sur le sexe mais, dans les faits, la situation n’évolue guère. 2011 marque un tournant : grâce à la Convention, le Conseil de l’Europe peut offrir à présent un moyen efficace de changer les choses ».

La Convention, ouverte à la signature en mai de cette année, est l’instrument juridique international le plus radical du monde, proposant des mesures pour prévenir la violence, protéger les victimes et sanctionner les contrevenants. Ce texte reconnaît la responsabilité de l’Etat s’agissant d’agir contre toute forme de violence exercée contre les femmes et de mettre un terme à l’impunité de ses auteurs.

Pour plus d’information sur les travaux du Conseil de l’Europe pour lutter contre la violence faite aux femmes